Lost Words: Beyond the Page Test

Lost Words : Beyond the Page : Avis – un jeu de plates-formes pas comme les autres. Ce qui ressemble à un jeu de plates-formes ordinaire est en fait l’un des jeux les plus émouvants de ces dernières années. L’histoire du jeune Izzy touchera votre âme, que vous ayez 14 ou 44 ans. La seule chose qui manque est la prestation moyenne du jeu de plateforme pure.

Je sais ce que vous pensez, et vous avez tort. Il ne s’agit pas d’un jeu de plates-formes classique, et il n’est certainement pas destiné aux enfants (bien que vous puissiez y jouer avec eux si vous en avez envie). Lost Words : Beyond the Page est, essentiellement, deux jeux en un. Ce sont tous deux des jeux de plates-formes, certes, mais ce sont des jeux très différents.

Deux filles, deux mondes, une grande histoire

Avez-vous entendu parler de Rhianna Pratchett ? Vous savez, la fille de Sir Terry Pratchett. Elle s’était associée à Sketchbook Games pour écrire l’histoire de Lost Words, et c’est, en fait, l’élément le plus important du jeu. Surtout si l’on considère qu’elle a hérité d’une partie du talent de son père (c’est le moins que l’on puisse dire).

L’histoire est donc le bon endroit pour commencer cette critique. Le jeu a deux protagonistes… ou peut-être s’agit-il d’un seul protagoniste dans deux mondes parallèles ? Quoi qu’il en soit, le jeu commence avec une jeune fille, nommée Izzy (ou Isabelle Barbara Cooke), qui reçoit un journal de sa grand-mère bien-aimée. C’est là que l’action démarre. Izzy écrit sa vie, phrase après phrase, tandis que vous contrôlez son petit avatar et sautez entre les mots des pages du journal en 2D. J’en dirai plus sur le gameplay plus tard, mais concentrons-nous sur l’histoire pour l’instant.

Izzy se présente donc à nous, ainsi que sa famille – en attirant particulièrement notre attention sur Mamie – et nous révèle qu’elle veut devenir écrivain. Elle crée son propre monde fantastique, appelé Estoria, et y place une jeune héroïne, nommée… eh bien, c’est à vous de décider : Grace, Georgia, ou Robyn. Nous rencontrons cette deuxième protagoniste alors qu’elle passe un rite de passage pour remplacer son aînée bien-aimée Ava en tant que gardienne du village où elle vit, en exerçant des pouvoirs magiques pour le défendre du mal.

Cependant, dès le lendemain, le village est confronté à une menace plus grande que tout ce que l’on a jamais connu. L’autre protagoniste assiste impuissante à l’attaque de sa maison par un dragon géant. Tout ce qu’elle peut faire, c’est sauver autant d’amis que possible, puis se lancer à la poursuite de la bête pour se venger… Ou peut-être simplement obtenir des réponses ? Encore une fois, c’est à vous de décider. Quoi qu’il en soit, à ce stade de l’histoire, les choses vont également mal pour Izzy dans la vie réelle. La grand-mère souffre d’une attaque…

Surcharge émotionnelle

Pas impressionné ? Vous pensez que les prémisses de l’histoire sont un peu ennuyeuses ? Ce n’est pas grave, à ce stade, je n’étais pas non plus très impressionnée. Cependant, j’étais déjà absorbée par l’histoire et déterminée à aller jusqu’au bout. La raison en était les émotions. Lost Words fait un travail formidable pour transmettre les sentiments du protagoniste au joueur, même s’il n’utilise que deux formes de communication : La voix d’Izzy et ses écrits dans le journal.

Vous savez immédiatement quelle est son humeur, grâce à son ton combiné à sa façon d’écrire. Parfois, des effets supplémentaires sont utilisés, comme des dessins colorés dans les marges, des pages déchirées ou des larmes qui tombent sur le papier. Tout cela fait d’Izzy un personnage sympathique, crédible et étonnamment profond, même si elle ne doit pas avoir plus de 10 ans (son âge exact est inconnu). C’est important car nous sommes témoins de certains moments difficiles de sa vie. Lorsqu’elle est confrontée à la perte, à la tristesse, à la colère, au désespoir, vous le faites à ses côtés. Le récit de Lost Words est si puissant.

Moins de sauts, plus de discussions

Malheureusement, une narration puissante ne s’accompagne pas d’un gameplay tout aussi puissant. Ce n’est pas un problème dans les séquences en 2D, c’est-à-dire dans le journal. C’est dans l’Estoria que les problèmes se font sentir. Environ la moitié du jeu se déroule dans ce royaume fantastique, où la perspective change en 2.5D side-scroll. Dans cette partie, Lost Words est en fait un platformer typique… mais pas très excitant, j’en ai peur.

C’est juste assez basique. Il n’y a rien qui puisse être appelé un défi, ni les ennemis, ni les pièges et autres obstacles, ni même les énigmes. Cela ne me dérangerait probablement pas si le level design n’était pas aussi rudimentaire. Même les objets à collectionner optionnels sont placés de telle manière qu’il est très difficile de les manquer. C’est dommage car l’héroïne dispose d’un système de magie intéressant. Vous devez ouvrir votre livre d’enchantement, choisir un sort approprié et l’utiliser en ciblant manuellement le bon objet (par exemple, toucher un pont détruit avec un sort de réparation). J’aurais aimé que le jeu offre un environnement plus interactif, permettant une utilisation plus imaginative de la magie.

Les séquences 2.5D deviennent plus intéressantes après la moitié de l’histoire, lorsque les fortes émotions d’Izzy commencent à affecter directement les événements qui se déroulent à Estoria. Plus on se rapproche du point culminant, plus elles sont intrigantes, et la fin elle-même (qui est assez inattendue) vous laisse avec un message puissant. Cependant, avant d’en arriver là, il faut passer deux heures (presque la moitié du jeu) à courir, sauter, résoudre des problèmes banals avec des sorts, et écouter des dialogues plutôt ennuyeux (parfois aussi ramper et pousser quelques objets, et… rien de plus).

Heureusement, avant que vous ne puissiez vous lasser des aventures d’Estoria, Izzy conclut un chapitre de son histoire fantastique et retourne à la vie réelle. Et c’est là que le jeu brille vraiment. À vrai dire, les séquences en 2D, consistant à sauter et à résoudre des énigmes simples, sont aussi faciles que celles-ci en 2,5D, mais cela n’a pas d’importance ici. Laissez-moi vous expliquer pourquoi.

La différence est que dans les séquences qui se déroulent à Estoria, Lost Words essaie d’être un jeu de plates-formes compétent, pas moins convaincant que, disons, Trine 2 – et il échoue. Les “niveaux” du journal, en revanche, sont axés sur la narration et n’utilisent le gameplay que comme un petit complément à l’histoire – quelque chose pour occuper vos yeux et vos mains tout en écoutant la voix d’Izzy. Pensez à What Remains of Edith Finch pour référence, où se promener dans la maison et jouer à des mini-jeux servait de décoration à l’histoire racontée par Edith. Lost Words utilise un principe assez similaire avec un effet tout aussi remarquable, même si ses visuels sont beaucoup plus simples.

Conclusion

Vous pourriez tirer de cette critique la conclusion que Lost Words se compose de deux parties : une excellente et une autre qui est médiocre. Le jeu dans son ensemble est bien meilleur que la somme de ses parties. Pour le comprendre, il vous suffit d’y jouer vous-même et d’atteindre le point de l’histoire où ces deux couches se rejoignent enfin, délivrant un puissant frisson émotionnel. Dans l’ensemble, Izzy a une histoire brillante à raconter, qui vous rendra accro, que vous ayez 12, 22 ou 42 ans. Tout le monde peut s’y retrouver. Mais ne prenez pas Lost Words en cherchant des défis. Et s’il vous plaît, essayez d’être compréhensif pour ses plates-formes anodines.

7.9

Points positifs

  • Histoire touchante et brillamment écrite par Rhianna Pratchett
  • Protagoniste sympathique et crédible
  • Formule très agréable de séquences en 2D axées sur la narration
  • Voix et musique satisfaisantes
  • Effets visuels séduisants

Points négatifs

  • La conception des niveaux, la jouabilité et la narration des séquences 2.5D sont pour la plupart triviales
  • Le jeu ne présente aucun défi (si vous recherchez ce genre de choses)
Auteur de Admin
Publiés
Catégories de Tests

Commentaires

Pas De Commentaires

Laisser un commentaire